«

»

Juil 27

UDI Loire : derrière le plébiscite, les tensions – Le Grisou

Le député François Rochebloine a été élu président du conseil départemental avec les trois quarts des voix, le 1er juin. Mais, la présentation d’une seconde candidature a été sanctionnée par une mise à l’écart de membres du Nouveau centre et du CNIP.

Rencontre entre des cadres du Parti radical et du Nouveau centre, et François Rochebloine, en novembre 2012 dans la Loire. (photo Parti radical)

Dans la Loire, le vernis de la grande union du centre se craquèle par endroits. L’élection de François Rochebloine pour un mandat de trois ans à la présidence du conseil départemental, avec près de 75% des voix, le 1er juin, a été suivie d’une mise à l’écart de 13 membres du Nouveau centre (NC) et du Centre national des indépendants et paysans (CNIP). Ces derniers faisaient partie de la liste unique de 50 membres élus samedi au moment du scrutin, et établie avant le vote par tous les partis composant l’UDI.

 

« Je me suis présenté à condition qu’on se range sous ma candidature. »Ils payent la candidature de Nicole Forest, présidente ligérienne du Nouveau centre, soutenue par Eric Berlivet, président du CNIP 42. Ces derniers ont irrité François Rochebloine en se présentant contre lui. « Je me suis présenté à condition qu’on se range sous ma candidature, avec le soutien de Michel Thiollière, Gilles Artigues et des conseillers généraux », explique le député UDI. « Par devoir et sens de rassemblement, après 25 ans de vie parlementaire. »

PARTIS AFFAIBLIS
Le Nouveau centre et le CNIP se retrouvent désormais clairement affaiblis au sein de l’UDI 42, face aux autres forces du centre, comme le Parti radical, dirigé nationalement par Jean-Louis Borloo, président de l’UDI. Le conseil départemental du parti se compose de 50 membres élus, issus de la liste unique votée samedi en même temps que l’élection de François Rochebloine, et 23 membres siégeant d’office. Le NC et le CNIP sont désormais absents des membres élus. Ne restent plus que Nicole Forest, Eric Berlivet, présents d’office en tant que leaders de leurs partis respectifs dans le département, et un autre membre du NC, Yves Lachaud, maire de L’Hôpital-le-Grand.

Pour François Rochebloine, la responsabilité de cette mise à l’écart du NC et du CNIP incombe directement à ceux qui ont conduit cette deuxième candidature pour la présidence du conseil départemental. « C’est eux qui se sont exclus de la liste », tranche-t-il. Tout en se disant Le retrait des membres Nouveau centre ressenti comme une mise à l’écart.« satisfait » de son score. Nicole Forest est également heureuse d’avoir obtenu « une voix sur quatre contre un député ». Elle dit avoir « assez mal vécu » le retrait des membres NC de la liste, ressenti « comme une mise à l’écart».

Pour cette élue d’opposition au conseil municipal de Saint-Chamond, sa candidature était démocratique et cohérente. « Jean-Louis Borloo a fait une déclaration en début d’année pour de nouvelles méthodes, un rajeunissement et une féminisation. » Nicole Forest explique que sa candidature était connue depuis plusieurs semaines, même au moment de la constitution de la liste unique pour les 50 membres élus du conseil départemental. « Dans beaucoup de départements, il y a deux candidatures à la présidence et une liste d’union », précise-t-elle.

Nicole Forest, candidate aux élections internes de l’UDI, soutenue par Eric Berlivet. (photo DR)

INVESTITURES MUNICIPALES
Toutefois ces tensions ne marquent aucune rupture à l’UDI 42. « Je suis dans un esprit positif », confie Nicole Forest. « C’est dommage, mais le plus important c’est le travail qu’il faut faire sur le terrain dans les mois à venir », réagit pour sa part Eric Berlivet. Et, parmi les gros dossiers Une réunion de la commission nationale d’investiture du parti sur les municipales a eu lieu le 5 juin.en cours : les investitures pour les élections municipales de mars 2014 dans la Loire. Une réunion de la commission nationale d’investiture du parti, à Paris, se penche sur le cas des villes de plus de 9 000 habitants, ce mercredi 5 juin.

Parmi les cas en débat dans le département, ceux de Gilles Artigues et Michel Thiollière à Saint-Etienne, de Sylvain Salla à Andrézieux-Bouthéon, Jean-François Barnier au Chambon-Feugerolles, Emmanuel Mandon à Saint-Chamond et Eric Berlivet à Roche-la-Molière. Une fois ces investitures données, il faudra alors accélérer les négociations avec l’UMP, sur des éventuelles listes communes.

MAXIME PETI

 

UDI Loire : derrière le plébiscite, les tensions – Le Grisou.

Share

2 pings

  1. UDI Loire : derrière le plébiscit...

    […] Le député François Rochebloine a été élu président du conseil départemental avec les trois quarts des voix, le 1er juin.  […]

Les commentaires sont désactivés.