«

»

Déc 10

Lettre de Hollande à la justice : l’opposition s’interroge – leJDD.fr

Plusieurs cadres de l’UMP, dont Jean-François Copé, ont fait part de leur « surprise » en prenant connaissance de la lettre de François Hollande envoyé dans le cadre de la procédure judiciaire contre les auteurs de La Frondeuse, biographie non autorisée de Valérie Trierweiler.

« Surpris », « stupéfait », « ahurissant »… Les cadres de l’UMP ont utilisé le vocable de l’étonnement pour commenter la lettre envoyée par François Hollande dénonçant le contenu de La Frondeuse, la biographie non autorisée de Valérie Trierweiler contre laquelle la compagne du chef de l’Etat a porté plainte. Le président proclamé de l’UMP, Jean-François Copé, s’est ainsi déclaré lundi « très surpris » de voir le président François Hollande et le ministre de l’Intérieur Manuel Valls « engagés dans une procédure » judiciaire pour soutenir Valérie Trierweiler.

« Je suis quand même très, très surpris de voir qu’un président socialiste qui nous avait donné beaucoup de leçons de morale par le passé » soit « engagé dans une procédure » judiciaire, « comme l’est également Manuel Valls, au titre de ses fonctions de ministre de l’Intérieur », a-t-il dit devant quelques journalistes. Et d’ajouter : « Je suis étonné (…) Je m’interroge sur les raisons qui ont pu conduire François Hollande à donner tellement de leçons de morale à Nicolas Sarkozy pendant le quinquennat précédent et à ne pas se les appliquer à lui-même. »

« Un énième reniement de plus »

Pour lui, il « faut arrêter avec l’hypocrisie ». « Soit il s’agit derrière tout cela de reposer la question de notre droit en matière de diffamation, qui connaît beaucoup d’insuffisances », soit il ne faut « pas y toucher », a développé Jean-François Copé pour qui « une brèche a été ouverte ». « Tout cela montre que le droit doit peut-être évoluer par rapport à la question de la diffamation », a conclu le député-maire de Meaux.

Réagissant à chaud, lundi matin sur Twitter, le député Eric Ciotti (pro-Fillon) a, lui, critiqué « l’intervention ahurissante et choquante du chef de l’Etat »

« Mélange de genres? Confusion des pouvoirs? », s’est pour sa part interrogé Bruno Beschizza, un cadre de l’UMP pro-Copé. « Dans les 60 engagements de François Hollande, au titre de l’engagement n°53, celui-ci avait promis d’interdire les interventions du gouvernement dans les dossiers individuels. Ce n’est finalement qu’un énième reniement de plus », a indiqué ce secrétaire national du parti, « stupéfait ». Reste que, comme l’ont indiqué au JDD.fr des spécialistes du droit constitutionnel, François Hollande n’enfreint pas la séparation des pouvoirs, puisqu’il agit en tant que citoyen et non en tant que président de la République.

 

Lire la suite sur: Lettre de Hollande à la justice : l’opposition s’interroge – leJDD.fr.

Share