«

»

Oct 14

La taxe foncière a augmenté de 14,70 % en moyenne entre 2010 et 2015

Selon son enquête annuelle de l’UNPI, menée depuis dix ans et publiée jeudi 13 octobre, la taxe foncière payée par les contribuables a, entre 2010 et 2015, augmenté d’en moyenne 14,70 %.

Septembre est le mois de l’impôt sur le revenu, octobre celui de la taxe foncière pour les propriétaires, puis de la taxe d’habitation pour tous les habitants. Ces deux impôtslocaux, autrefois dérisoires, n’ont plus rien d’anecdotique dans les dépenses des ménages, outrepassant bien souvent celui sur le revenu. Le mécontentement gagne notamment chez les propriétaires dont une association, l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), réclame le plafonnement de ces taxes.

Selon son enquête annuelle, menée depuis dix ans et publiée jeudi 13 octobre, la taxe foncière payée par les contribuables a, entre 2010 et 2015, augmenté d’en moyenne 14,70 %, avec des pics à 20,29 % à Clermont-Ferrand, 19 % à Lille, Créteil et Angers, tandis que Reims, Rennes,Avignon ou Nice se contentaient de moins de 7 %. Ainsi, détaille l’étude :

« L’année 2016 se présente mal : dans les cinquante plus grandes villes de France, la taxe foncière a augmenté d’en moyenne 3,78 % et trente-cinq départements ont rehaussé leur taux. »

L’UNPI admet cependant que l’augmentation ralentit, puisqu’elle est passée de plus de 21 %, entre 2007 et 2012, à 14,70 % entre 2010 et 2015, soit, tout de même, trois fois l’évolution des prix à la consommation (4,97 %) ou celle des loyers (4,27 %) et deux fois celle du smic (7,44 %). Dans certaines villes, la taxe foncière peut absorber trois mois de loyers perçus par le

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/10/13/impots-locaux-la-hausse-de-trop_5012840_3234.html#XIvtdAxauH2e5OWG.99

Share