«

»

Sep 11

Kader Arif implicitement visé par la justice : les surprenantes ramifications de l’affaire | Atlantico.fr

Le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants Kader Arif a-t-il favorisé des membres de sa famille lors de l’attribution de marchés avec le conseil régional de Midi-Pyrénées ? Le parquet de Toulouse vient de diligenter une enquête préliminaire. Une affaire ennuyeuse, d’autant que la belle-sœur de Kader Arif oubliait de payer ses impôts.

Encore une tuile pour François Hollande. Après Thomas Thévenoud, l’ancien secrétaire d’Etat au commerce extérieur contraint à la démission, voici qu’un autre ministre se trouve implicitement visé par une enquête préliminaire ouverte hier pour favoritisme par le procureur de Toulouse. Il s’agit de Kader Arif, secrétaire d’Etat aux Anciens combattants et à la Mémoire, un très proche du président de la République. Au centre de cette enquête une SARL, AWF Music , fondée en 2003 et animée par le frère et la belle- sœur du ministre, Aïssa et Nathalie Arif.

Spécialisée dans l’événementiel, la programmation musicale et les enregistrements sonores, cette entreprise, selon un signalement fait il y a quelques jours par deux conseillers régionaux UMP de Midi-Pyrénées, Elisabeth Pouchelon et Vincent Terrail-Novès, aurait bénéficié, selon le Canard Enchaîné, de contrats fort juteux.

 Kader Arif soupçonné d'avoir favorisé des proches

 

 

 

 

 

C’est ainsi qu’en 2009, la région présidée par Martin Malvy (PS) lui aurait confié, pour quatre ans, un marché de sonorisation pour les différentes fêtes et manifestations qu’elle organisait. Montant : 1 730 000 euros. Il y a peu encore, l’entreprise familiale du couple Arif aurait facturé 250 000 euros de prestations. Toujours au Conseil régional de Midi-Pyrénées. Enfin, et cela devrait aiguiser la curiosité des enquêteurs, c’est toujours cette petite entreprise qui se serait vu confier la logistique, en 2011 et 2012, des meetings du candidat François Hollande, lors des primaires du Parti socialiste. Aussi, en raison du rôle de leadership exercé par Kader Arif au sein du PS toulousain et des marchés non négligeables obtenus par des proches de sa famille, la justice se demande si d’aventure le ministre n’aurait pas favorisé ses proches.

 

Une réponse devrait être obtenue d’ici un à deux mois. Laquelle débouchera soit sur un classement sans suite, soit sur l’ouverture d’une information judiciaire. Au détour de ses investigations, la PJ toulousaine va découvrir que l’une des dirigeantes d’AWF Music, qui n’est autre que la belle sœur du ministre, Nathalie Arif, ne mettait guère d’empressement à régler son impôt sur le revenu et sa taxe d’habitation. Tant sur l’année 2011 que sur l’année 2012. Aussi, l’inspecteur des Finances publiques de Colomiers ( Haute-Garonne), où habite Nathalie Arif, pour être certain d’être réglé, a-t-il a adressé à cette dernière, le 3 juin 2014, une notification à tiers détenteur. En clair, la somme à payer, soit 9 127 euros, en comptant la majoration de 10%, devra être directement prélevée sur la trésorerie d’AWF Music, le fisc figurant en effet parmi les créanciers prioritaires au même titre que l’ URSSAF. Seulement voilà : le fisc a-t-il pu recouvrer les 9 127 euros dus par Nathalie Arif  ? Pas sûr, puisque depuis le 19 mai 2014, la SARL AWF Music, qui contrairement à la loi n’a jamais déposé ses comptes au Tribunal de commerce, entre 2010 et 2013, se trouve en liquidation judiciaire. Ce que l’inspecteur des impôts ignorait totalement. C’est dire que les investigations des enquêteurs risquent de révéler quelques surprises. D’autant qu’une confusion semble exister entre la société AWF Music et la nouvelle société AWF qui a pris la suite. Seul point commun : leurs dirigeants sont des membres de la famille de Kader Arif.

 
 
L’actualité politique en vidéo

Kader Arif implicitement visé par la justice : les surprenantes ramifications de l’affaire | Atlantico.fr.

Share