«

»

Juil 01

Front national : le chamboule-tout, L’appel au front républicain lancé par le PS a pas si bien fonctionné

Le candidat UMP l’a emporté avec 53,76 % hier à Villeneuve-sur-Lot, face au candidat FN qui a tout de même gagné 7.000 voix entre les deux tours.

Le big bang n’a pas eu lieu. Le candidat UMP a emporté la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot hier, avec 53,76 % des voix, contre 46,24 % à son adversaire FN. L’appel au front républicain lancé par le PS a fonctionné cahin-caha. La face est sauvée. Mais que d’électricité et de fissures en arrière-plan ! Villeneuve-sur-Lot restera comme le symbole d’une nouvelle dramaturgie politique. Le PS a été éliminé dès le premier tour. Au second, le candidat FN a gagné 7.000 voix nouvelles.

Longtemps spectateur (réjoui) du drame qui se jouait en face, le PS est touché à son tour. Son électorat populaire est aspiré, ses réponses paraissent inopérantes. Quelques années après avoir semé le trouble à l’UMP, le Front national fait de même au PS.

Les deux partis sont comme pris au piège. Alain Juppé a mis en doute hier le bien-fondé du front républicain. Arnaud Montebourg a fait de Manuel Barroso le « carburant du FN ». Ils ne savent plus. Paniquent. S’ils continuent de considérer que le FN « n’est pas un parti comme un autre », les électeurs les désavouent au grand jour. S’ils lui opposent une résistance commune, l’idée s’installe qu’ils sont coalisés pour confisquer le pouvoir.

L’UMP est idéologiquement perdue. Faut-il coller aux thèses frontistes pour stopper l’hémorragie ? Dans quelques mois, les municipales viendront tester sa capacité de résistance aux alliances avec le FN, alors que les sympathisants y sont de plus en plus favorables : à 47 % selon l’Ifop et même à 55 % chez les moins de 35 ans. Au PS, pas d’alliances bien sûr, mais pas de confort pour autant. L’aile gauche pense ses thèses validées et exige à nouveau une autre politique. Les électeurs fuient des partis qu’ils jugent coupés d’eux. Ils disent non à une politique de l’effort qui sape leur pouvoir d’achat et leurs perspectives d’emploi. L’UMP y a répondu en changeant d’un coup de braquet – avec Nicolas Sarkozy – sur la sécurité et l’immigration. Trop fort ? François Hollande n’a pas vu venir la menace et se trouve engagé dans une politique de « redressement » aux antipodes de leur besoin de protection. Trop peu ? Aucun, jusqu’à présent, n’a trouvé la réponse.

ccor@lesechos.fr

 

Lire la suite sur : http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202847466941-front-national-le-chamboule-tout-578710.php

Share

1 ping

  1. Front national : le chamboule-tout, L’appel au front républicain lancé par le PS a pas si bien fonctionné | NTIC Entreprises

    […] Le big bang n’a pas eu lieu. Le candidat UMP a emporté la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot hier, avec 53,76 % des voix, contre 46,24 % à son adversaire FN. L’appel au front républicain lancé par le PS à ….. lire la suite : http://cni-isere.com/front-national%E2%80%89-le-chamboule-tout-lappel-au-front-republicain-lance-par… […]

Les commentaires sont désactivés.