«

»

Mai 30

Coup de Gueule d’un Candidat pour le Sauvetage du CSBJ Rugby – Bourgoin – Jallieu – Tour du Pin – Isère

 

CSBJ Rugby s’invite dans la campagne – Bourgoin-Jallieu – Tour du Pin – Isère

Est-ce par amour du rugby ? Ou  y a-t-il un réel enjeu politique à vouloir sauver le club à deux semaines du premier tour des élections législatives ? Toujours est-il que la situation  est toujours critique pour le CSBJ. Deux semaines, c’est le délai dont dispose le CSBJ pour trouver les 800 000 euros qui manquent à son budget 2011-2012 et éviter une relégation en Fédérale 1.

Mon Coup de Gueule pour le Sauvetage du CSBJ Rugby : je n'interviens pas seulement comme candidat mais surtout comme FAN, supporter de ce Club que j'admire depuis mon enfance étant né à Bourgoin-Jallieu.

Je lance ce coup de gueule car il aura fallu l'intervention de plusieurs partis politiques, d'une campagne législative, pour que la ville de Bourgoin-Jallieu, les élus de Gauche se réveillent. Pendant des mois les Dirigeants du Club ont alerté les politiques. Le mairie a toujours fait la sourde oreille. Rien n'avait été envisagé.

Hors le Gauche, pendant tout le temps ou l'on aurait pu éviter la descente aux enfers de notre Club, la vitrine de l'Isère, de notre Nord Isère. Cette Gauche a préféré dépenser de l'argent pour des projets commerciaux comme le fameux "Village de Marque" (qui est imposé et défendu par Joëlle Huillier, fondatrice du commité de soutien au Village de Marque) que l'on impose aux commerçants et aux clients des petits commerces de proximité.

On dépense sans compter pour des projets soit disant culturels, pistes cyclables, des études pour des Jardins Chinois … La liste est très longue…

Et maintenant, je lis dans la presse que le président du Conseil général de l’Isère André Vallini pourrait maintenant organiser un tour de table avec le maire de Bourgoin-Jallieu et président de la Capi, Alain Cottalorda. Le président du conseil régional Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne,  pour enfin « trouver les moyens de sauver ce club emblématique de la région du Nord-Isère ». Nous apprenons que le président Vallini a mandaté Yannick Belle, vice-président chargé de la jeunesse, des sports et de la vie associative, pour gérer ce dossier ».

Dans un communiqué commun, la Ville de Bourgoin-Jallieu et la Communauté d’agglomération Porte de l’Isère (Capi) ont indiqué ne pas pouvoir soutenir financièrement le CSBJ plus qu’elles ne le font déjà. La Ville rappelle qu’elle verse 130 000 € HT par an à la SASP, plus 110 000 € de subventions versées à l’association (sur un total de 802 000 € pour l’ensemble des associations sportives de la ville), sans oublier les 2,7 millions d’euros de budget (fonctionnement et investissement) consacrés au stade Pierre-Rajon sur les six dernières années. Quant à la Capi, son partenariat annuel avec le club s’élève à 80 000 €.

En tant que supporter je trouve révoltant et odieux le sursaut d'indignement et le subit engouement  de dernière minute pour sauver le CSBJ, quant on sait que cela aurait ou pu se faire il y a bien longtemp. On comprend donc, que sans l'enjeu des élections, ils n'auraient aucun intérêt et désir de sauver le CSBJ Rugby qui est l'ambassadeur et le fleuron du sport dans l'Isère depuis des lustres.

En perdant le CSBJ c'est un peu la perte de notre culture, de notre identité, c'est perdre l'âme de notre territoire. C'est aussi un des acteurs sociaux majeur pour la formation et l'intégration de nos jeunes étant porteur de valeurs et d'éthiques, plus que tous les autres sports de ballon et ainsi compte tenu du rôle que joue le CSBJ pour le rayonnement de notre territoire et aussi, bien sûr, compte tenu de la place qu’il occupe dans le cœur de tous les supporters et habitants de la région (en fait pour eux surtout en tant qu'électeurs…).

 

 

Share

Les commentaires sont désactivés.