«

»

Août 19

Conseil national du numérique : Fleur Pellerin veut liquider l’héritage sarkozyste – Désirs d’Avenir Hérault

Conseil national du numérique : Fleur Pellerin veut liquider l’héritage sarkozyste

Marianne. 7 Juillet 2012. Mathias Destal

(EMILE/SIPA)

La nomination de Jean-Baptiste Soufron à la tête du secrétariat général du Conseil national du numérique, jeudi, a entraîné la démission de la quasi totalité des membres de cet organisme crée sous Sarkozy. La ministre chargée de l’Economie numérique assume son geste, son objectif étant de reprendre en main le CNN afin de préparer sa mue, prévue en 2013.

Fleur Pellerin reprend en main l’économie numérique et le fait savoir. La ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’Economie numérique -sous la tutelle du ministère du redressement productif- a nommé un ancien membre de son cabinet, Jean-Baptiste Soufron, à la tête du Conseil national du numérique (CNN), jeudi. Autrement dit, la ministre prend le contrôle de cet organisme, créé en avril 2011 par Nicolas Sarkozy, dont la mission est de donner un avis sur l’ensemble des projets de lois concernant le numérique.
La nomination au secrétariat général de l’ancien conseiller de Fleur Pellerin pour l’économie numérique a suscité la polémique au sein du CNN. Dix-sept des dix-huit membres qui composent cet organisme ont fait savoir qu’ils «remettaient leur mandat à la disposition du président de la République et du gouvernement». En d’autres termes, ils démissionnent du Conseil, sans pour autant fermer la porte à l’éventualité d’y participer à nouveau…
«J’ai du mal à comprendre ce que cela veut dire, résume un membre de l’entourage de Fleur Pellerin. Ce qui est certain, c’est qu’on ne va pas se plaindre du départ d’une partie de l’équipe, ils faut se souvenir qu’ils ont tous été nommés par Sarkozy ou ses conseillers». Il faut également se rappeler que les rapports entre les socialistes et les membres du Conseil n’ont pas toujours été faciles… Tout l’enjeu de la nomination d’un homme de confiance au poste de secrétaire général réside avant tout dans la volonté de liquider l’héritage sarkozyste. «Il est plus facile de reconfigurer le CNN s’il n’y a plus les membres actuels,»déclarait-on déjà au cabinet de la ministre, jeudi soir. 

«nomination monarchique»

«Il ne faut pas être naïf, Sarkozy a créé le CNN à un moment où il était très critiqué sur son bilan numérique, c’était une manière pour lui de se rattraper. Il ne faut donc pas s’étonner d’observer une volonté de reprise en main du CNN par le nouveau gouvernement », juge Arnaud Dassier, connu comme entrepreneur du web et responsable de la campagne Internet de Nicolas Sarkozy, en 2007. Reste à savoir comment les socialistes, réputés à la traîne en matière de numérique, comptent faire pour révolutionner cet organisme consultatif.

Au ministère de l’économie numérique, on botte en touche: «La nomination de Jean-Baptiste Soufron est justement destinée à préparer la suite. A l’automne, il remettra un rapport dans lequel il fera part de ses observations et la ministre arbitrera à ce moment là». Pour ceux qui réclamaient des gages d’indépendance, il faudra attendre. 
Pour sa part, Benoît Thieulin, fondateur de la Netscouade, analyse la nomination de Soufron comme «une volonté de renforcer la composition et l’organisation du CNN, notamment en diversifiant l’origine de ses membres». Dans une tribune publiée sur Atlantico.fr, peu après la naissance du CNN, Jean-Baptiste Soufron estimait en effet que la composition du Conseil ne faisait pas «justice à la nature multiple de l’Internet.» C’était d’ailleurs l’une des principales critiques exprimées  à l’encontre du CNN, trop de chefs de grosses entreprises du web, pas assez de créateurs de starp-ups ou de membres de la société civile. Le PS parlait, lui, de «nomination monarchique»   des membres du Conseil.
Qu’elle sera la marge de manœuvre du nouveau secrétaire général, de quels moyens disposera-t-il ? Nul ne le sait. Mais «si Soufron passe du cabinet de Pellerin à la tête du CNN, c’est sans aucun doute pour le muscler», juge Benoît Thieulin. Réponse à l’automne, donc.

 

Lire la suite sur : Conseil national du numérique : Fleur Pellerin veut liquider l’héritage sarkozyste – Désirs d’Avenir Hérault.

Share

2 pings

  1. Conseil national du numérique : Fleur Pellerin veut liquider l'héritage sarkozyste | CNI Isère | Pierre-André Fontaine | Scoop.it

    […] La nomination de Jean-Baptiste Soufron à la tête du secrétariat général du Conseil national du numérique, jeudi, a entraîné la démission de la quasi totalité des membres de cet organisme crée sous Sarkozy.   Pour sa part, Benoît Thieulin, fondateur de la Netscouade, analyse la nomination de Soufron comme «une volonté de renforcer la composition et l’organisation du CNN, notamment en diversifiant l’origine de ses membres». Dans une tribune publiée sur Atlantico.fr, peu après la naissance du CNN, Jean-Baptiste Soufron estimait en effet que la composition du Conseil ne faisait pas «justice à la …   Lire la suite sur :  http://cni-isere.com/conseil-national-du-numerique-fleur-pellerin-veut-liquider-lheritage-sarkozyste-desirs-davenir-herault/  […]

  2. Conseil national du numérique : Fleur Pellerin veut liquider l'héritage sarkozyste | CNI Isère | NTIC Entreprises "Choisissez un prestataire à la hauteur de vos ambitions ! " | Scoop.it

    […] La nomination de Jean-Baptiste Soufron à la tête du secrétariat général du Conseil national du numérique, jeudi, a entraîné la démission de la quasi totalité des membres de cet organisme crée sous Sarkozy.   Lire la suite sur :  http://cni-isere.com/conseil-national-du-numerique-fleur-pellerin-veut-liquider-lheritage-sarkozyste-desirs-davenir-herault/ ;  […]

Les commentaires sont désactivés.